Les accidents en aviation légère

 

Ramenée à l’heure d’activité, l’aviation légère est 50 fois plus dangereuse que l’automobile.

La conscience des risques

Après un accident, la notion de « risques consentis » est parfois évoquée, comme par les tribunaux dans certaines circonstances. Pour que le risque soit consenti encore faudrait-il avoir la connaissance de la prise de risque.

La communication sur les risques

Danielle MAISONNEUVE, dans son ouvrage « La communication des risques un nouveau défi », nous précise que les personnes sont davantage vulnérables quand elles ne sont pas conscientes des dangers qui les menacent, et que la prévention commence par l’information : « En échangeant avec les citoyens et en leur communiquant des informations pertinentes à leurs situations, on contribue à faire en sorte que leur perception et, dans bien des cas, leur acceptabilité, soient plus conformes à l’importance réelle des risques en présence ».

Par JG CHARRIER

-> Lire la suite sur : http://www.mentalpilote.com/